Revenu universel (ou de base), possible ou pas?

Au delà de discuter s’il est possible ou pas de mettre une telle ressource en place, j’ai noté que c’est un sujet qui crée beaucoup de résistances. Moi-même, j’étais contre pour bien des raisons il y a quelques années pourtant mes recherches et lectures m’ont fait radicalement changer d’avis. Je vais vous expliquer pourquoi. Je vous demande juste d’avoir l’esprit ouvert quelques instants et créatif, afin que la question qui reste au fond de votre esprit soit : « Pourquoi c’est possible? » plutôt que : « Pourquoi ce n’est pas possible? ». Ne venez pas nous dire que c’est impossible si vous n’avez pas lu cet article…

  • Pourquoi le revenu de base est possible,
  • Pourquoi le revenu de base est bénéfique,
  • En quoi il va transformer notre société, notre santé, notre bien-être pour le meilleur,
  • Pourquoi cela fonctionne, même pour les métiers indispensables que personne ne voudra faire,

Revenu « de base » ou « revenu universel »?

Je vais parler de « revenu de base », pas de salaire de base, ni de revenu universel. Les termes sont spécifiquement choisis. Ce n’est pas un salaire car à mon sens un salaire est rattaché à un travail, mais bien un revenu. « Universel », je ne comprends pas nécessairement ce mot-là dans ce contexte, alors je préfère parler  de « base ». Ce sera donc le « revenu de base ».

Pourquoi travaillez-vous?

J’aime bien les chiffres, les maths et les statistiques car elles sont très parlantes. Ce n’est pas forcément aussi tranché pour chacun de vous, mais ça donne une idée intéressante de ce qui se passe et ça fait forcément réfléchir.

Aujourd’hui, si je moyenne mes recherches et mes tests en réel, 80% des gens se rendent au « travail » juste pour gagner de l’argent. Ils y laissent leur vie, leur créativité et abandonne ainsi leur droit fondamental de vivre ! Par exemple, vous, si je vous donnais un revenu équivalent à ce que vous gagnez actuellement, avec les primes, les augmentations annuelles, etc… tout pareil. Est-ce que vous continueriez à aller travailler?

  • Si oui, tant mieux pour vous, vous faites partie des 20% qui s’épanouissent au travail.
  • Si non, alors vous êtes dans les 80% restant. Ça veut dire que vous n’êtes pas épanoui, que vous ne vous exprimez pas pleinement, que votre créativité n’est pas utilisé, ou pas au bon endroit, etc… Ça veut dire que vous passez environ 225 jours sur 365 à faire quelque chose qui n’est pas en harmonie avec vous qui vous draine d’une manière ou d’une autre juste pour gagner de l’argent pour pouvoir vous payer votre style de vie. (Style de vie, qui en passant, pour beaucoup, vous est dicté par le système et non par vos réelles aspirations et envies).

Je ne vous dis pas ça pour que vous vous sentiez mal, mais pour que vous puissiez confronter, ce qui est un premier pas vers la sagesse et la reprise de contrôle. Si à ce stade vous pensez que je dis n’importe quoi, vous êtes peut-être parmi les plus concerné. Accrochez-vous et restez enseignable. Je ne sais pas qui vous êtes, vous êtes seul avec vous-même, faites un point avec vous-même : Si je vous donnais tout l’argent que vous gagnez actuellement, est-ce que vous arrêteriez d’aller au travail? Si oui, que feriez-vous alors?
Vous n’y avez peut-être jamais réfléchi parce que même ça, le système ne nous en laisse pas le temps. Alors, est-ce que vous arrêteriez d’aller au travail? Si oui, que feriez-vous alors?

Donc, je disais, que vous passez 225 jours sur 365 (61%) à une activité qui ne vous permet pas de vous exprimer pleinement. Et vous allez peut-être le faire pendant 40 ou 50 ans… Vous voulez une autre news? J’ai fait les calculs, et que vous ayez un salaire, des dividendes, des primes, que vous soyez entrepreneur, commerçant, en micro, BNC ou autre, quel que soit le chemin, vous laissez à peu près en moyenne 50% de taxes et impôts sur ce revenu. C’est à dire que sur ces 225 jours, la moitié du produit de votre activité est directement ponctionnée par l’état (et je suis gentil, croyez-moi). C’est à dire que sur ces 61% de temps qui déjà ne sont pas les mieux alloués pour vous, 50% est offert à l’état et complètement inutile pour vous.Ce qui veut dire que 112 jours par an sont complètement perdus, c’est 30% de votre temps. Les autres 50% vous permette d’avoir de l’argent pour vivre, manger, et pour votre confort. Ces autres 50% vont vous servir à vous endetter en achetant une maison, une voiture et j’en passe, comme ça vous serez alors obligé de continuer à faire cette activité qui vous draine, vous pourrez aussi penser à vous marier, avoir des enfants, une belle voiture, des belles vacances, etc… Tout ça étant probablement des envies conçues par le système. Est-ce les vôtres? Si oui tant mieux. Mais si non, quelles sont les vôtres? Que voulez-vous faire de votre vie, et de ce temps sur cette planète? Posez-vous sincèrement la question.

Quel gâchis!

Revenons à nos chiffres, vous perdez donc 30% de votre vie et 31% à faire une activité que vous ne feriez pas si vous aviez le choix. Les 39% du temps qu’il vous reste, vous vous reposez parce que vous êtes drainé, vous planifiez des projets que vous pensez être vos envies et enfin, si vous en avez encore la force, à faire ce que vous aimez faire, ce qui vous passionne et vous épanoui. Et vous vous demandez pourquoi certaines personnes donnent l’impression de vivre 3 vies pendant que vous en avez qu’une. Laissez-moi vous clarifier la situation, c’est vous qui avez 1/3 de vie pendant que ceux qui vont chercher leur idéal vivent une vie complète.

Imaginez le gâchis pour l’humanité sur cette planète? 80% de gens vivent moins de 30% de leur vie. Il est temps que ça change! Ça fait près de 60% (40% utile) de créativité et productivité perdues, chaque année, année après année… Alors voilà selon moi la solution qui est de plus en plus soutenue. Le revenu de base. Un revenu qui permettra à chacun de se reconnecter à sa créativité, à son être, à sa passion, à ce pourquoi il est bon, ce pourquoi il est là.

Le revenu de base comme solution. Il devra:

  • Être octroyé à tous, sans condition, de 16 ou 18 ans jusqu’à la fin de la vie,
  • Être une base non imposable et cumulable à tout autre revenu,
  • Couvrir les besoins primaires et nécessaire, comme se loger, manger, s’habiller et se déplacer pour le nécessaire,
  • Pouvoir être suspendu, temporairement ou définitivement pour toute personne qui commettrait un délit ou un vol,
  • Remplacer toute allocations et aides existantes.

Ce qu’apporterait un revenu universel de base

  • Le choix, pour chaque français, de revenir à une consommation plus faible afin d’être libre (maison moins grande, moins de courses, moins de TV, moins de consommations, etc…). Ou de continuer à travailler pour se payer un plus grand confort.
  • Le travail « forcé » sera naturellement abandonné. Chaque personne pourra faire le métier ou l’activité qu’il souhaite parce qu’il aime ça. Cela aura pour but une qualité de vie supérieure, un travail mieux fait, le retour à l’innovation pour tous, des ressources mieux utilisées, des gens plus heureux, et naturellement la diminution des maladies liées au stress et donc des dépenses de santé.
  • La petite délinquance et les vols mineurs disparaitront automatiquement car qui risquerait de se voir supprimer son revenu universel pour avoir volé ? Cela réduira inévitablement l’insécurité et toutes les dépenses et conséquences qui en découlent.
  • Ceux qui veulent travailler pourront le faire et ainsi augmenter d’autant leur revenu de base. Les gens seront naturellement plus disponibles pour rendre ce monde meilleur plutôt que de courir dans tous les sens pour tenter d’y survivre.
  • Ce revenu relancera complètement l’économie de la France, le pouvoir d’achat, car les besoins primaires seront couverts. On produira plus de vraies valeurs en France. Cela impliquerait la nationalisation des banques et de ne plus dépendre de toutes ces réglementations mondiales qui nous maintiennent dans la pauvreté.
  • Il pourrait être financé grâce à tout l’argent que nous prend notre gouvernement actuellement et de bien d’autres moyens dont je vais parler (rappelez-vous aussi que 1% des plus riches possèdent 99% de la fortune). Rappelez-vous de leurs frais de bouche ou de déplacements, leurs salaires exorbitants et en trop grand nombre (4x trop d’élu en France), tout ce qui est dépensé pour gérer la précarité, le chômage, les aides sociales, et les impôts aberrants comme l’impôt sur les successions ou donations. La disparition de la CAF, de Pôle emploi, et de toutes les caisses et organismes gravitant autour de ces derniers, pourrait aussi aider à financer cette ressource en permettant à tous les Français de disposer d’une sécurité sociale à 100% sans condition!

Certains ne feront plus rien, qu’est-ce qu’on fait avec ces gens-là?

Pour que ça fonctionne, il faudra aussi ranger son égo et se recentrer sur soi-même. Qu’importe que votre voisin se suffise de ce revenu et ne fasse rien de ses journées? Qu’importe puisque vous serez concentré sur vous et votre vie. Si vous avez envie de créer et produire de la valeur, allez-y et faites ce qu’il vous plait. Vous aurez des revenus supplémentaires et beaucoup plus de capacité financière.

Beaucoup considère que la plupart ne feront plus rien et que l’on devra les entretenir! C’est faux, c’est une vision de travailleur enchainé. J’ai demandé à différentes personnes ce qu’ils feraient avec un revenu de base. Certains ont répondu qu’ils iraient sous les cocotiers bien sûr. Oui mais combien de temps? L’humain est fait pour créer et quand ils auront suffisamment « rien fait », croyez-moi ils auront envie de se rendre utile, sinon à quoi bon vivre?

Croire que la plupart des gens ne feront plus rien et « glanderont » toute la journée est une vision de pauvre, enchainé à son travail. Désolé d’être direct, mais c’est vrai. Personnellement, je ne connais pas un seul riche, qui ne fait rien de ses journées. Tous apportent beaucoup de la valeur. Si vous en connaissez un je veux bien son nom. Je parle de le connaitre vraiment, pas d’en avoir entendu parler aux infos… Ce revenu, redonnera la liberté d’esprit aux gens, qui n’iront plus travailler juste pour l’argent. Beaucoup quitteront leurs activités, se reposeront quelques mois ou années et puis se remettront au travail, mais cette fois, parce qu’ils en ont envie, et en faisant quelque chose qui les passionnent. Ceux qui ne font rien seront naturellement rejetés par la communauté qui s’active et s’entraide. Une fois seul assez longtemps, ils reviendront apporter de la valeur. Des expériences en ce sens ont déjà été faites et le résultat est sans appel: la créativité est en éveil.

Et ces métiers indispensables que plus personne ne voudra faire?

Vous allez me dire, il y a des métiers indispensables que personne ne voudra faire. Déjà, cela reste à prouver. Mais soit, prenons un exemple : actuellement, qui ramasse les poubelles parce qu’il aime ça? Je n’en sais rien, mais imaginons le pire des cas : personne. Avec le revenu de base, plus personne ne veut plus faire ce métier. On aura besoin de ramassages d’ordures, donc cela devra être fait d’une manière ou d’une autre. Soit en imaginant des robots qui le font ce qui changerait le métier en le transformant de « ramasseur de poubelles » à « concepteur de ramasseur de poubelles » et je peux vous dire que déjà là, ça intéresserait beaucoup de gens dans la high-tech. On parle d’IA, de robotisation, d’électronique, d’informatique, et d’un projet un peu fou d’automatisation. Vous allez me dire, ça supprime des emplois? Oui mais si personne ne veut ramasser les poubelles, le problème est réglé. N’oubliez pas que nous avons changé de monde et de paradigme.

Imaginons un autre scénario dans le cas utopique où l’automatisation ne fonctionnerait pas. Le ramassage des ordures étant nécessaire, nous pourrions convenir d’un système ou la population se relaie pour ramasser les ordures. Pour une ville de 70.000 habitants (et en retirant ceux qui n’auraient pas la capacité physique de le faire), à raison de 150 employés par jour pour le ramassage, il suffirait que chaque citoyen le fasse une seule journée chaque année et demi pour que le ramassage soit fait par la population. Pareil pour les caissières de supermarché. Je ne connais pas un ou une caissière qui fait ce « travail » parce qu’elle aime ça (et ça ne veut pas dire qu’il y en a pas). Et bien les caisses automatiques sont la réponse et le relaie des citoyens aussi. Ça fonctionne. « Ah oui, mais vous comprenez, l’automatisation supprime des emplois ». Argument qui n’a plus lieu d’être puisque celle ou celui qui voudra le faire pourra, et si personne ne veut le faire, ce sera fait par une machine ou le relaie de la population. Ça fonctionne! Les métiers réellement « indispensables » ou « nécessaires » au fonctionnement de base de la société pourront être fait dans tous les cas. C’est donc que c’est possible si on voit le monde différemment. Je suis d’accord, ça demande d’avoir une construction mentale positive et nouvelle. Si vous cherchez pourquoi ça ne fonctionnerait pas, vous allez trouver ; et si vous cherchez pourquoi ça pourrait fonctionner, ça fonctionnera !

Alors, oui, les métiers changeront et beaucoup disparaitront. Mais sont-ils tous vraiment utiles aujourd’hui? On peut sérieusement se le demander.

Où trouve-t-on l’argent pour financer ce revenu de base?

Tout d’abord, de combien avons-nous besoin chaque année? Si on prend la population de plus de 16 ans, pour un revenu de 1800€/mois, ça fait à peu un peu plus de 1000 Milliards par an. Comment trouve-t-on cet argent?

Premièrement, on pourrait imaginer que chaque devise/pays (euro, dollars), donc chaque banque centrale crée tout simplement cet argent. En commençant par la France, on s’accorderait mondialement pour que chaque être humain ait le droit à ces 1800€/mois. N’oubliez pas, nous changeons de paradigme et vous devez vous demander en quoi c’est possible, pas l’inverse. Ne vous braquez pas! Construisons et réfléchissons ensemble.
Les dettes des banques centrales (devenues nationales) sont comparées entre les continents et pays indépendants, notamment grâce à la valeur de la monnaie. Mais si tout le monde crée la même dette par tête, où est le problème?

Les banques créent de l’argent constamment, seulement nous n’en savons rien, mais nous remboursons quand même les intérêts sous forme d’impôts. Et si on arrêtait tout ça?

Imaginez, vous avez un ami. Vous partez tous les deux dans la vie avec 1000€. Si à un moment donné, votre ami a besoin d’argent, et qu’on lui donne 1000€ à lui parce qu’il en a besoin et pas à vous, (parce que vous n’en avez pas besoin) ce n’est pas juste, vous êtes d’accord?
Maintenant, si l’on donne 1000€ à votre ami, mais qu’en contrepartie, pour l’équité, on vous donne aussi 1000€, alors il n’y a plus de problème. Ok? Ce que fait votre ami de son argent le regarde tout comme cela vous regarde ce que vous faites du vôtre. Si on dit que les 2 amis sont les banques centrales (nationalisées ou pas), en définissant donc une « dette » commune entre les banques centrales (un montant/citoyen), cela devient équitable. Le problème est réglé! On crée de l’argent depuis la nuit des temps et cela ne sert, au final, que les dirigeants et les banques, alors pourquoi cela ne nous servirait pas nous pour une fois?
C’est une possibilité qui fonctionnerait.

Une variante est le retour à une indépendance du pays. Si l’on revenait, par exemple au Franc, nous aurions notre propre banque centrale, nous pourrions créer ces 1000 Milliards chaque année. Et si nous sommes indépendants et autonomes, c’est-à-dire que nous coupons un maximum les exports/imports, nous produisons en France et consommons Français, alors la baisse de valeur de notre monnaie due à la création d’argent n’aurait qu’un tout petit impact par rapport au reste du monde, jusqu’à ce que tous les pays s’accordent. Cela pourrait être une transition tout à fait envisageable. Je ne suis pas forcément pour le retour au Franc et j’aime ce côté ouvert sur le monde que nous avons aujourd’hui, mais c’est un sujet intéressant à discuter, ne serait-ce que temporairement pour récupérer notre liberté. Comme je le disais plus tôt, restons ouverts, constructifs, et « enseignables ».

Deuxièmement, il semble que l’état puisse créer de l’argent à la demande, c’est ce qu’il a démontré avec l’inondation des marchés financiers en 2020. Ah mais vous allez me dire, ce n’est pas gratuit, ça crée de la dette. Oui c’est vrai, mais les états ont aussi le droit, lorsque la dette devient exorbitante, de l’annuler. Alors on pourrait très bien dire que l’état a un budget de 1000 Milliards par an pour ce revenu de base (dette annulée). Ce serait mieux que de le « jeter » sur les marchés financiers pour remplir seulement les poches des actionnaires.

De plus, si vous aviez eu un droit de vote sur cette création de centaines de Milliards d’€ de dettes pour inonder les marchés boursiers et « donner » cet argent aux actionnaires, auriez-vous voté pour? Nous n’avons pas cette option aujourd’hui, mais justement, ça va changer, grâce au CNTF.

De l’argent il y en a plein. Et il est possible aussi de trouver cet argent dans les impôts et taxes. C’est un flou total quand il s’agit de savoir où va l’argent des taxes. Ils disent que c’est clair, mais dans la réalité, ça reste à prouver. Il n’y a qu’à voir le nombre de fraudes dont on entend parler. Concernant les taxes, j’ai fait un petit tour d’horizon :

  • 157 Milliards proviennent de la TVA,
  • 104 Milliards de CSG et CRDS,
  • 36 Milliards d’impôts sur les sociétés,
  • 73 Milliards proviennent de la CAF,
  • 73 milliards (en 2017) de l’IR,
  • 35 Milliards pour pôle-emploi,
  • 15+14 Milliards pour les taxes de successions et donations (inadmissible!),
  • 33 Milliards de taxes foncières,
  • 22 Milliards de taxes d’habitation,
  • 7 Milliards de taxes carbone,
  • 558,9 millions d’euros de malus éco

Cela fait déjà 569 Milliards. On avance bien, avec un rapide exercice concernant les impôts « inadmissibles » de bases et il y en a encore beaucoup d’autres. Certains impôts devrait être tout simplement supprimés et d’autres ne seront plus nécessaires avec le revenu de base.

L’ensemble des taxes et impôts français représente aux alentours de 2364 Milliards d’euro annuel. C’est une grosse louche puisque réussir à mettre le nez dans les comptes de l’état n’est pas chose facile et accessible. Allez voir par exemple sur la page wikipedia des impôts et taxes françaises, c’est hallucinant. En tout cas, ne serait-ce qu’en coupant les taxes en deux, on pourrait largement payer ce revenu. C’est déjà 2 moyens simples et fonctionnels de payer le revenu de base. Et je n’ai même pas encore parler de la TVA flexible, de la taxation électronique, etc… Il sera nécessaire de faire un audit, afin d’éclaircir toutes les zones d’ombres restantes et qui, à mon avis, représentent la partie immergée de l’iceberg. Attention, je ne dis pas que les taxes sont inutiles, loin de là, mais lesquelles sont réellement utiles selon vous? Pour moi, on devrait :

  1. ne pas appeler ça des taxes, mais des contributions, c’est plus logique et on aurait pas l’impression de se faire voler,
  2. je ne vois pas la raison pour laquelle les taxes sont proportionnelles aux revenus, à part pour faire du social, mais il n’y en aura plus besoin,
  3. on ne devrait pas être responsable des dettes que l’état a généré du fait de sa mauvaise gestion et de ses abus,
  4. et on devrait pouvoir se cantonner à quelques impôts comme la taxe foncière ou habitation (renommée contribution locale et nationale) qui est totalement logique et légitime pour faire vivre le pays et les services publiques utiles (que je remercie en passant). L’impôt sur le revenu par exemple a été créé pour financer la guerre, pourquoi existe-t-il encore aujourd’hui ?

Vous avez dit « aberrants »?

Ensuite, il y a des impôts/taxes aberrants, comme les taxes sur les successions, donations, sur les revenus d’investissement, etc… et qui représentent des centaines de milliards. Imaginez, lorsque vous prenez des risques en achetant des actions, ou tout autre actif qui fluctuent, l’état vous prend 30% de ce que vous gagnez, et c’est sans compter les frais et taxes de transaction. Lorsque vous perdez, en revanche là, il ne vous donne rien, notre cher état, il n’y a plus personne. Il partage les gains, pas les pertes (enfin partager est un bien grand mot pour l’état).

Pareil pour les donations, elles sont déjà taxées entre parents et enfants et même entre époux, encore 35% à 45% entre frères et sœurs, 60% si vous souhaitez donner à quelqu’un sans parenté. C’est fou! C’est votre argent, vous avez déjà payé toutes les taxes dessus et ils vous prennent encore 60% si vous voulez le donner. Vous trouvez ça normal? Si oui, ne changez rien!
Vous trouvez ça inadmissible?! Alors manifestez-vous!
Imaginez, si vos parents ont acheté un bien et qu’il est 100% leur propriété, il faut déjà savoir qu’il a été payé avec leur revenu dont l’état a déjà pris 50%. A leur mort, leurs enfants hériteront de ce bien mais l’état leur prendra un tiers. En 3 générations, le bien aura été entièrement repayé à l’état. En d’autres termes, en 3 générations le bien a été payé 2x par la famille, avec de l’argent dont l’état a déjà pris 50%. Votre maison aura coûté 4x son prix. Eh oui, c’est la réalité d’aujourd’hui. Si vous trouvez ça normal, dites-moi pourquoi !

J’ai sondé autour de moi, et si vous êtes pour ces taxes, c’est que vous êtes pauvre (en argent ou en esprit). Je m’explique. Seul un pauvre (en argent ou en esprit) peut vouloir que les « autres » payent de lourdes taxes pour donner leur argent ou léguer leur propriété. Seuls les pauvres aiment les taxes sociales dont le but est de nourrir ceux qui n’ont pas grands choses avec les efforts de ceux qui ont plus (j’émets quelques exceptions pour les gens qui ont de vraies contraintes). Concernant les supers riches, eux ils s’en foutent puisque les lois, ils les contournent. Ne soyez pas naïf, s’ils veulent donner de l’argent sans taxe, ils créent une fondation ou une œuvre de charité et ils donnent ce qu’ils veulent de façon défiscalisée. Réveillez-vous, toutes ces taxes sont inadmissibles. Laissons les gens donner ce qu’ils veulent à qui ils veulent sans rien leur amputer, après tout, c’est leur argent.

Je ne suis pas contre le principe des taxes et impôts mais déjà, on devrait arrêter de les nommer ainsi, on dirait qu’on nous prend notre argent. Moi je les appellerai « contributions » car ce sont des sommes d’argent qui devraient simplement contribuer à quelque chose de tangible et vérifiable (payer les services publiques, les infrastructures, etc…) Et évidemment, je ne parle pas de la « contribution » de remboursement de la dette sociale (CRDS) qui est encore une aberration du système où l’on nous oblige, nous le peuple, à rembourser les dettes que les gouvernements ont créé par leur mauvaise gestion… Bref, de l’argent il y en a plein et des solutions aussi, il suffit de le vouloir, tous ensemble et de s’y mettre. N’avez-vous pas envie d’un système où le peuple peut s’exprimer, prendre des décisions, fait un travail qui lui plait, n’est pas obligé de travailler et peut s’adonner à créer de la valeur, de sa passion. N’avez-vous pas envie de cet épanouissement et de cette harmonie globale qui pourrait démarrer avec la seule décision de mettre en place ce revenu de base.

Je crois fondamentalement en l’humain, je crois que beaucoup créeront énormément de valeur, et je crois que celui qui ne fait rien et profite tout simplement ne le fera pas longtemps, quand il verra la valeur produite par les autres alors que lui ne sert à rien, il s’y mettra. Ceux qui ne feront rien n’auront naturellement que peu d’amis jusqu’à ce qu’ils s’y mettent. Le temps fera le travail. Il faut y croire ! C’est un nouveau paradigme, il vous faut penser différemment.

Je vous souhaite tout le meilleur,
Jean-Luc, pour le CNTF et la liberté des peuples.

Défiler vers le haut