Revenu de base (ou revenu universel)

Le revenu de base est probablement la pierre angulaire de tout le projet et rééquilibrera la société et l’économie. A ce stade, c’est aussi un des changement qui provoque de plus de « résistance » car qui n’a pas ces quelques questions à l’esprit en commençant cette lecture:

  • Comment financer ce revenu universel de base sans condition?
  • Que deviendront les métiers que plus personne ne voudra faire mais qui restent indispensables?
  • Comment un tel système peut fonctionner si plus personne n’est obligé à travailler?

Nous vous proposons justement, de vous mettre dans un état d’esprit constructif. Plutôt que de vous demandez pourquoi ça ne peut pas fonctionner (ce qui mènerait à cette inéluctable conclusion), nous vous proposons de vous demander comment pouvez-vous faire en sorte que ça fonctionne (ce qui mènera inévitablement à cette conclusion). Il est clair que nous sommes en train de changer de paradigme (ensemble des règles, environnements, et pratiques qui régissent notre système), et il est donc nécessaire d’avoir un esprit ouvert et créatif afin d’entrevoir des solutions viables et non-habituelles. (Nous vous recommandons de lire cette discussion autour du revenu de base avant de « statuer » de sa viabilité ou non)

Le revenu universel (ou de base), c’est quoi?

C’est un revenu minimum, que percevra chaque Français, à partir de 16 ans, sans conditions et qui lui permettra d’avoir les ressources minimales afin de subvenir à ses besoins primaires, comme se nourrir, s’habiller, se loger, se déplacer, se soigner, en bref vivre « dignement » indépendamment de sa capacité à trouver une activité rémunérante.
Ce revenu se situerait, selon différentes études et experts, aux alentours de 2000€ par mois. Il sera versé à chaque Français, comme un droit, dès l’âge de 16 ans et jusqu’en fin de vie. Ce revenu sera appliqué pendant la période de transition et les modalités précises appliquées par la suite seront définies et votées par les Français, suite aux commissions qui établiront ces droits.
Il est cumulable à tout autre revenu d’activité, au choix de chacun.

Attention, ne pas confondre avec des « revenus universels » déjà proposés par certains gouvernements mais qui viennent avec tellement de conditions qu’il nous faut échanger toutes nos libertés restantes contre un peu d’argent.
Ce n’est pas là que le CNTF souhaite aller. Le CNTF propose un vrai revenu universel indépendant et soumis à aucune condition de façon à ce que chacun conserve sa dignité assuré par ce revenu et sans avoir à aliéner sa propre liberté.

Comment le finance-t-on?

Encore, une fois, nous vous suggérons de lire cette discussion autour du revenu de base. Cet article explique de nombreux points qui peuvent vous poser des questions.

sont autant de solutions qui existent et sont viables pour financer ce revenu de base tout en diminuant drastiquement les impôts. Des calculs et chiffres précis sont disponibles dans cet article.

Quid des métiers indispensables que plus personne ne voudra faire?

Toutes les réponses à ce sujet très intéressant sont disponibles dans cet article qui est une discussion autour du revenu de base.


Vivre sereinement sans préoccupation économique

Dans les ouvrages « Démosophie » et « Rendez-vous » est expliquée en détail la nécessité d’établir un système de « Ressource universelle ». De nombreux philosophes, mais aussi des économistes, financiers, penseurs, etc… ont confirmé l’obligation pour la société humaine de s’adapter aux avancées technologiques en créant une ressource universelle de base garantissant à chacun le minimum nécessaire à une vie décente, quelle que soit sa situation professionnelle.

L’évidence absolue est qu’à partir du moment où l’on peut remplacer l’homme par une machine, cela permet à l’homme de se libérer d’un travail contraignant, mais à condition, et seulement à condition, qu’il en perçoive toujours les bénéfices! En niant cette évidence, ceux qui manipulent cette main-d’œuvre ont encaissé le salaire de ceux que la machine a remplacés, et les dirigeants nationaux ont tout fait pour favoriser cette situation, créant au cours des dernières décennies des écarts sociaux historiques sans précédent aux profits d’une minorité qui accumulent des richesses qu’ils ne seront pas en mesure d’épuiser de leur vivant. Un non-sens total.

S’il est juste que chacun soit récompensé socialement selon ses capacités, ses efforts, ses idées ou ses ambitions, en revanche, que des milliers subissent les souffrances de la pauvreté pour le bénéfice d’un seul est inacceptable. Qu’on en soit arrivé à ce que 1% de la planète possède autant que les 99% restants est tout simplement absurde.

Pour revenir progressivement à une situation plus normale, il faut rétablir la classe moyenne, permettre d’entreprendre, d’innover, et de répondre aux exigences de la planète concernant notre population, les matières premières et nos déchets. Et rien de bien ne se fera sans définir d’abord une véritable éthique.

Le point de départ est donc l’établissement de cette ressource universelle que les économistes calculent actuellement autour de 2000 euros par mois et par personne pour la France. Par mesure de sécurité, le Conseil National de Transition de France (CNTF) limitera cette ressource à 1.500 euros mensuels pour commencer. Cette somme, attribuée à chaque Français en activité ou non, pourra être financée par divers moyens, comme la taxation électronique sur toutes les transactions bancaires ou la TVA flexible, mais il faut être bien conscient que cette somme est déjà disponible : elle est bien inférieure à ce que nous coûtent les escroqueries des politiciens.

En dehors du fait que cette mesure relancera immédiatement l’économie et permettra à la France de se relever, une autre conséquence plus inattendue est à prévoir: cette mesure revalorisera le travail! Cette « ressource universelle » changera toutes les données et permettra à chacun de gérer sa vie professionnelle selon ses goûts, aptitudes ou opportunités.

Bien entendu, pour disposer de l’indépendance nécessaire à cette mise en place, le pays doit retrouver son droit à la création monétaire. Là encore, la nationalisation des principales banques est indispensable et doit être concrète dès la mise en place de ce CNT. C’est pourquoi toutes les forces de l’ordre françaises doivent participer à ce sauvetage de notre pays en assurant la sécurité de ceux qui seront chargés des réalisations nécessaires.

Enfin, le système de la TVA flexible ajouté à cette ressource universelle, permettra de gérer en temps réel l’ensemble des finances de l’État tout en faisant disparaître la plupart des impôts et taxes actuels.

Jouir d’une période de calme social

Pour que les Français puissent prendre le temps de la réflexion, de se documenter sérieusement, de participer à des débats et rédiger un nouveau mode de gestion du pays, il leur faut retrouver leur sérénité. Comment réfléchir et avancer lorsqu’on est sous pression constante? Fins de mois difficiles, inquiétudes pour ses proches, pour ses biens, pour ses droits, tracasseries administratives… la liste est longue des soucis permanents et des raisons de s’inquiéter. La pression des pouvoirs publics est constante, renforcée par celle d’une délinquance qui ne cesse d’augmenter et de s’aggraver. Dès la mise en place du Conseil de Transition et de la ressource universelle, tout cela disparaitra.

le CNTF se compose de simples citoyens qui connaissent ces tracasseries permanentes et n’ont aucun intérêt à les maintenir car ils n’en tirent aucun profit, contrairement aux politiciens. La pauvreté étant à l’origine de 99 % de la délinquance, qui risquerait de perdre sa ressource universelle de 2000 euros mensuels pour un profit minime ?


Concept de TVA flexible

Si le mot TVA vous rebute, sachez quand même que vous la payez dans TOUTES les transactions que vous faites en tant que particulier et qu’il est donc important de la connaitre et la comprendre. C’est une taxe quasiment invisible en France et qui nous coûte quand même 20% sur tous nos achats.
La TVA est une taxe, qui est partout, et pourtant que peu de gens connaissent ou comprennent et dont la pertinence reste sincèrement à discuter. Elle est en générale au taux fixe de 5.5%, 10% ou 20% selon les prestations et n’a souvent aucun sens, mais c’est la loi… (vivement les cours légitimes)

Le fabuleux concept de TVA flexible viendrait améliorer cette TVA en la rendant liée au produit ou service vendu. Elle contribuerait ainsi à l’écologie, à l’économie et au bon équilibre de tout notre écosystème.

  • Elle serait très faible, voir nulle pour les produits et services sains, qui protègent et renforcent la santé et le bien-être, tant des humains que de la planète. (Exemple: une cagette de pommes en provenance de la France, cultivées sans produits chimiques aurait une TVA faible ou nulle. Une cagette de pommes cultivées en France avec des produits chimiques aurait une TVA un peu plus élevée. Une cagette de pommes provenant d’un autre pays frontalier aurait une TVA plus forte. Une cagette de pomme importée depuis un autre continent aurait une TVA encore plus élevée et d’avantage si en plus elles sont cultivées avec produits chimiques.)
  • Elle respecterait l’environnement en augmentant la TVA des produits et services qui ne le respectent pas. Une voiture à faibles émissions de CO2 et dont le traitement complet (de la production au recyclage) est respectueuse de la planète aurait une faible TVA. En revanche une voiture avec fortes émissions de CO2 ou dont le processus complet (de la fabrication au recyclage) est une aberration pour la planète aurait une TVA élevée.
  • Elle permettrait la régulation des espèces. En ayant un taux de TVA plus important sur les produits rares ou en voie de disparition, moins de gens les consommeraient et l’espèce pourrait se redévelopper. Au contraire, un produit abondant aurait une TVA très faible. (exemple: du saumon en voie de disparition ou du caviar aurait une TVA forte lorsque l’espèce doit se redévelopper et une TVA faible lorsque l’espèce se porte bien.)
  • Elle permettrait d’obtenir des fonds supplémentaires et temporaires. Pour notre exemple du revenu de base, si les caisses de l’état venaient à manquer de fonds pour ce poste sur une année, une hausse de TVA de X% pourrait subvenir à ce besoin. (voir cet article pour plus de précisions). Ainsi, une hausse de TVA de 1% pourrait rapporter plus de 10 Milliards d’euros. Le calcul n’est pas linéaire mais le principe est logique. Évidemment, dans ce nouveau gouvernement sain dirigé par des commissions populaires, un excédent budgétaire entrainerait automatiquement une réduction de la TVA l’année suivante, plutôt que de remplir les comptes personnels de nos dirigeants.

Nationalisation des banques

La nationalisation des banques, ainsi que des principaux services de biens publics comme l’énergie, les communications, la distribution d’eau, etc. permettrait une bien meilleure gestion de nos ressources. Premièrement, une fois les banques nationalisées, leurs bénéfices faramineux seraient reversés dans les caisses de l’état (ou les services bancaires seraient moins chers). Cela régulerait automatiquement les bénéfices/déficits. Pareil pour l’électricité par exemple, nous la payerions au prix minimum, et si les bénéfices dépassent les attentes, nous aurions une électricité moins chère l’année suivante. Au contraire, si la fourniture d’énergie est en déficit, le coût l’année suivante serait augmenté. Dans tous les cas, cela représenterait des sommes beaucoup moins chères qu’aujourd’hui où le but principal n’est plus de fournir un service, mais d’en prendre le plus possible aux Français pour engraisser les actionnaires.

Ensuite, une banque nationalisée ne serait plus dépendante des autres pays, de l’Europe ou du monde. Nous aurions notre gestion propre interne, comme une famille a sa propre gestion financière, sans dépendre de la famille d’à côté. C’est un modèle plus sain dans le sens où il est plus logique de ne pas payer pour les dépenses ou la mauvaise gestion de la famille d’à côté.

Ceci nous amène à une monnaie nationale sans pour autant rejeter la monnaie européenne.

Monnaie nationale

La monnaie nationale, fabriquée par nos banques nationalisées seraient régulées en interne. Aujourd’hui, nos gouvernements ont injecté massivement des milliers de milliards d’euros dans les marchés financiers pour soit-disant redresser l’économie. Non seulement ça ne redresse pas du tout l’économie, mais en plus ça enrichit seulement les actionnaires. Et puis enfin, qui paiera l’addition au final? Les Français. Imaginez un système où:

  1. Le gouvernement vous demande si vous souhaitez créer de l’argent? Combien? A quel taux? Et pour quoi?
  2. Le gouvernement vous informe correctement sur les conséquences de cette création de monnaie.
  3. Nous avons tous la possibilité, en tant que peuple et décider si nous voulons le faire ou pas, une fois bien informé.

Si vous aviez eu le choix de verser 1000 Milliards d’euros dans la poche des investisseurs du CAC40 ou de répartir cette somme équitablement entre tous les Français, qu’auriez-vous choisi? 1000 Milliards, c’est le revenu universel de base des Français pendant une année et ça a été dépensé en quelques semaines. Pour quoi? Afficher le port du masque obligatoire partout où vous mettez les yeux? Financer un vaccin qui va supprimer définitivement nos libertés? 1000 Milliards, au lieu de les donner aux Français, ils les ont donné aux riches, et qui va payer la facture sous forme d’impôts selon vous? Et tout ça n’est que la partie émergée de l’iceberg.
Voyez-vous le bénéfice du CNTF et de banques nationalisées?

Amélioration/remplacement/suppression des services sociaux

Les prestations sociales coûtent une véritable petite fortune. Nos dirigeants dépensent plus pour maintenir le chômage et la précarité sociale qui leur permet de garder le peuple sous pression. La seule disparition de la CAF, de Pôle emploi, et de toutes les caisses et organismes gravitant autour de ces derniers, suffirait à financer cette ressource de base en permettant à tous les Français de disposer d’une sécurité sociale à 100% sans condition. Il y a des milliers de gens et de services qui travaillent pour ces aides complexes et inégales dans le but de nous maintenir dépendant du système. Sans compter les coûts des locaux, bâtiments, déplacements, etc. pour satisfaire tous ceux qui y travaillent. Le revenu de base permettrait de supprimer la quasi-totalité de ces services puisque tout serait beaucoup plus simple et tout le monde aurait plus de ressources à la fin du mois.

Faites vos recherches et voyez plutôt. Des centaines de Milliards d’euros de dépenses seront récupérées sur ces postes afin de pouvoir financer ce revenu universel.

Taxation électronique sur toutes les transactions bancaires

Cette taxe existe déjà mais remplie actuellement les poches des actionnaires bancaires. Avec des banques nationalisées, cette taxe retournerait directement à l’état pour financer différents postes comme celui du revenu universel de base.

Le revenu de base pour les retraités

Pour les retraités, la question se pose. En effet, ayant travaillé toute leur vie pour avoir une retraite descente, que va-t-il advenir des retraites?

  1. Les retraites inférieures au revenu de base seront supprimées et remplacées par le revenu de base. (Exemple: vous avez 1700€ de retraite mensuelle, si le revenu de base est défini à 2000€, alors votre revenu sera de 2000€ avec le revenu de base en place)
  2. Les retraites supérieures au revenu de base resteront inchangées afin que le train de vie des retraités ne soient pas perturbés.
  3. Pour tous ceux qui ne sont pas encore retraités mais dont le calcul de leur retraite dépasserait le revenu de base, alors le plus élevé des deux sera retenu. (exemple: Une personne ayant travaillée 50 ans pour une retraite de 4000€ démarrant d’ici 5 ans ne peut avoir le revenu de base comme retraite. 4000€ sera donc le montant de sa retraite.)
  4. Finalement, pour tous ceux qui n’ont jamais travaillés ou cotisés au système actuel, un système de cotisation privée sera indispensable pour tous ceux qui souhaitent augmenter leur retraite par le fruit de leur travail lorsque le revenu de base sera en place.

Défiler vers le haut