Lettre à l’ONU du 26 août 2021 – réitération des déclarations faites depuis 2015

À

Monsieur le Secrétaire Général des Nations Unies,

c.c. à 28 ambassades et c.c. à : sgcentral@un.org

Le Donjon, le 26 août 2021,

RAR N° RK 51 817 759 9 FR

Monsieur le Secrétaire Général,

Je vous écris en tant que membre et au nom du Comité d’installation, émanation du Conseil National de Transition (CNT) de France, également appelé « Conseil National de Transition (CNT), canal historique ». Cet organe de droit international public est actuellement la seule autorité publique légitime représentant la souveraineté du peuple français.

En effet, par la loi du 14 février 2008 ratifiant le Traité de Lisbonne les gouvernants ont placé la France sous tutelle de l’Union Européenne, en approuvant un texte quasi-identique à celui refusé à 54,67% par référendum du 29 mai 2005. Dès lors, suite à la violation des droits du peuple à la souveraineté et à former la loi par référendum, la Constitution de 1958 et donc la république qu’elle avait instituée ont juridiquement disparu en application de l’article 16 de la Déclaration des Droits de 1789. Voir : https://conseilnationaldetransition.fr/wp-content/uploads/2021/07/cnt-que-dit-la-constitution_2021-0720.pdf

Je vous rappelle que ce Conseil National de Transition (CNT) a fait l’objet d’une déclaration auprès du Secrétariat Général de l’ONU par lettre Recommandée qui a été adressée personnellement à votre prédécesseur le 30 septembre 2015 signée par son fondateur et porte-parole de l’époque, Monsieur Eric Fiorile, et reçue le 15 octobre 2015. Vous trouverez ci-joint au verso une copie du récépissé d’accusé de réception du 15 octobre 2015.

Il s’agissait d’un appel au secours du Peuple de France qui avait commencé par la proclamation publique de ce Conseil National de Transition (CNT) le 18 juin 2015, place de la Concorde, publiée dès cette date sur le site https://conseilnationaldetransition.fr.
Voir https://conseilnationaldetransition.fr/historique/proclamation-du-cnt-le-18-juin-2015/

Cet appel avait pour but de signifier à la communauté internationale que le peuple de France se sentait désormais dirigé par des gouvernants illégitimes nous conduisant vers une tyrannie. A ce jour, vu la censure, la pression et la répression sur la population, les forces de l’ordre et les militaires, la France n’est pas libre de penser, de s’exprimer et ne respecte plus les Droits de l’Homme.

De plus, en date du 30 novembre 2020, compte-tenu de l’évolution de la situation, le Conseil National de Transition (CNT) a adressé une seconde lettre recommandée au Secrétaire Général des Nations Unies, portant « déclaration d’état d’urgence populaire » signée par Eric Fiorile en tant que « président de la France libre » et par moi-même comme Ambassadeur désigné auprès de l’ONU : voir : https://conseilnationaldetransition.fr/historique/declaration-onu-france-30-novembre-2020/.

Pour information, en décembre 2019, le Conseil National de Transition (CNT) avait organisé le procès dit de Milan, auquel étaient présents tous les français ayant répondu à l’appel du CNT, pour se constituer en Ministère Public afin de décider des poursuites à engager contre les gouvernants de fait. A cette occasion les français présents ont également décidé d’instituer une « Cour Suprême du Peuple Souverain » de France chargée de contrôler et d’être garant du respect par le CNT de son Programme et de ses valeurs pour assurer une transition sereine de deux à trois ans maximum, à l’issue de laquelle le peuple sera mis en situation de choisir lui-même son nouveau mode de gouvernance. (voir https://conseilnationaldetransition.fr/cour-supreme-du-peuple-souverain/). J’en ai été désigné Président par Eric Fiorile, comme il l’a confirmé dans de nombreuses vidéos. Depuis le 16 décembre 2020, Eric Fiorile est victime d’une répression politique. Depuis sa sortie de prison le 29 juillet 2021 et jusqu’à son jugement, il ne semble plus, a priori, disposer ni de sa liberté d’expression, ni de sa liberté d’action.

C’est pourquoi, par les présentes, j’ai l’honneur de réitérer les déclarations déjà faites depuis 2015 et de réaffirmer la vivacité du Conseil National de Transition (CNT) de France, dont l’installation est en cours par ses cadres historiques réunis dans son Comité d’installation. Pour toute information complémentaire nous restons à votre disposition sur contact@conseilnational.tv et vous suggérons de consulter le site : https://conseilnationaldetransition.fr.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Secrétaire Général des Nations Unies, l’assurance de ma considération la plus respectueuse et la plus attentive.

Philippe LAURENT,

Président de la Cour Suprême du Peuple Souverain de France
et membre du Comité d’Installation du Conseil National de Transition (CNT), agissant au nom des membres dudit Comité d’Installation, dont notamment : Delphine C., Cédric P., Marie F., Bruno V., Hadrien N., Lydie C., Sylvain C., Bruno C., …

Consulter le scan de l’original signé